L'analyse d'amiante,
Simplement

Télécharger l'application

Le laboratoire au bout des doigts

1 - Vous prélevez

Prélèvement 100% pratique
Application dédiée au prélèvement
Plus de papier et de marqueurs
Gestion des photos
Gestion des missions d'une équipe
En 4G, en Wifi ou sans connexion

2 - Vous suivez

Logistique 100% simple
Sachet avec QR Code unique
Plus de formulaire à remplir
Direct du terrain à la poste
Traçabilité totale

3 - Vos résultats

Résultat 100% utile
Résultat immédiatement consultable en ligne
Partageable avec vos clients

4 - Temps réel

Analyse 100% temps réel
Priorité jour J, 48h, 4 jours à la demande
Suivi de l’avancement en direct
Alerte et notification sur mobile
Réactivité immédiate en cas d’anomalie

Des services exclusifs pour les diagnostiqueurs

insert_emoticon Simplification des prélèvements

Saisir les informations d'une main sur smartphone, y compris la gestion des photos

alarm Gain de temps

Pas de formulaire à remplir, ni papier, ni Excel, ni site web

directions_car Gain de déplacement

Envoi des échantillons directement en quittant le chantier

album Traçabilité totale

Sachets de prélèvement avec QR Code, pour une traçabilité totale de bout en bout.

error_outline Réduction des risques d'erreurs

Aucune transcription manuscrite, ni par le préleveur, ni par le labo

flight_takeoff Réactivité immédiate en cas d'anomalie

Réception des notifications sur smartphone et communication des instructions en 10 secondes

av_timer Délai d'analyse réduit au maximum

Analyse planifiée dès la confirmation de la demande, avant de quitter le chantier

traffic Priorisation à la demande

Possibilité d'indiquer quels échantillons doivent être analysés en premier

search Transparence absolue

Suivi en temps réel de l'avancement de l'analyse et de la préparation du rapport

local_hospital Solution pour les urgences

Possibilité de demander à tout moment un rapport d'essai partiel pour un ou plusieurs échantillons urgents

tap_and_play Dématérialisation des résultats

Possibilité d’une interface informatique avec le système informatique pour tirer ou pousser les résultats

description Résultats faciles à intégrer dans les rapports

Outre le rapport d'essai, des exports des résultats en format Word ou Excel avec les photos et les plans

share Partage des résultats

Possibilité de partager avec le client (chef de chantier, notaire, ...). Un lien pour consulter l'avancement et le résultat de l'analyse.

group Gestion d'équipe

Chaque chef d'équipe voit les missions, les notifications et les résultats pour les techniciens de réparage sous sa responsabilité

Des questions?

Vous pouvez consulter la FAQ

Besoin d'aide?

Vous pouvez nous contacter

En savoir plus sur ...

Le réparage d'amiante

Le code du Travail impose l’établissement d’un diagnostic amiante avant travaux par un diagnostiqueur, préalablement à chaque programme de rénovation ou de transformation dans un immeuble.

Le diagnostic amiante avant travaux est plus complet que le diagnostic avant-vente ou le dossier technique amiante (DTA). Tous les matériaux contenant de l’amiante sont recherchés, y compris lorsque cela nécessite des sondages destructifs.

Décret n° 2015-789 du 29 juin 2015 relatif aux risques d'exposition à l'amiante

L'employeur a l'obligation de procéder à l'évaluation des risques et de s'assurer du respect de la valeur limite d'exposition professionnelle (VLEP) pour l'ensemble des travailleurs exposés, compte tenu de cette évaluation. Le présent décret définit les niveaux d'empoussièrement servant à l'évaluation des risques d'exposition à l'amiante des travailleurs

Décret n° 2011-629 du 3 juin 2011 relatif à la protection de la population contre les risques sanitaires liés à une exposition à l'amiante dans les immeubles bâtis

Ce décret a pour principal objet de restructurer la partie réglementaire du code de la santé publique relative à la prévention des risques liés à l'amiante dans les immeubles bâtis. L'objectif de cette réglementation est d'assurer la protection de la population qui réside, circule ou travaille dans des immeubles bâtis où des matériaux et produits contenant de l'amiante sont présents. Les principales dispositions de ce décret sont les obligations faites aux propriétaires d'immeubles de faire réaliser des repérages de matériaux et produits contenant de l'amiante, de faire réaliser, si nécessaire, des travaux de mise en sécurité ou un suivi de l'état des matériaux en place, et d'élaborer des documents rassemblant les informations relatives à la présence de ces matériaux et produits. Le décret précise également les missions des opérateurs de repérage et des organismes qui réalisent des analyses de matériaux ou des mesures d'amiante dans l'air. Enfin, ce décret définit les modalités d'application des articles L. 1334-15 et L. 1334-16, qui permettent au préfet de gérer les situations de non-conformité ou d'urgence.

L’amiante

L’amiante est un ensemble de six minéraux naturels silicatés, qui tous ont en commun une forme cristalline qui se caractérise par un agrégat fibreux de cristaux souples, longs et minces qui se séparent aisément mais ayant une haute résistance à la traction. Chaque fibre visible est composée de millions de « fibrilles » microscopiques qui peuvent être libérées par l’abrasion et d’autres processus.

Chimiquement, l’amiante est un silicate hydraté de calcium et de magnésium. Les amiantes sont communément connus par leurs couleurs :

  • l’amiante blanc ou chrysotile (groupe des serpentines)

  • l'amiante bleu ou crocidolite (groupe des amphiboles)

  • l'amiante brun ou amosite (groupe des amphiboles)

L’utilisation de l’amiante dans l’industrie

L'extraction de l'amiante a existé il y a plus de 4 000 ans, mais l'exploitation minière à grande échelle a commencé à la fin du 19ème siècle, lorsque les fabricants et les constructeurs ont commencé à utiliser l'amiante pour ses propriétés physiques d’intérêt économique : absorption sonore, moyenne résistance à la traction, résistance au feu, à la chaleur, à l’électricité, et son coût d’extraction limité.

Sous sa forme friable, il a été utilisé dans de nombreux calorifugeages et flocages, ainsi qu'en feuilles, feutres, colles, mastics, plaques cartonnées, ou tressé ou tissé. On le trouve aussi (forme non friable) incorporé dans des produits en ciment (amiante-ciment) ou dans des liants divers (colles, peintures, joints, mortiers à base de plâtre, béton bitumineux, matériaux de friction et même asphaltes routiers ou d'étanchéité…). Il a aussi été utilisé pour les patins de freins ou en garniture de chaudière ou fours électriques, ou encore dans diverses installations électriques (ex. : plaques chauffantes) pour ses capacités d'isolation électrique à forte température. Il a été massivement utilisé dans les bâtiments pour ses propriétés ignifuges, isolantes, sa flexibilité, sa résistance à la tension et parfois pour sa résistance aux produits chimiques.

Ces propriétés ont rendu l'amiante très largement utilisé. L'utilisation de l'amiante a continué de croître pendant la plus grande partie du 20e siècle jusqu'à ce que la connaissance du public (par l’intermédiaire des tribunaux et les législatures) des dangers pour la santé de la poussière d'amiante mène à l’interdiction de l'amiante dans la construction traditionnelle et ignifuge dans la plupart des pays.

Risque pour la santé et interdiction

L'inhalation prolongée de fibres d'amiante peut causer des maladies graves et mortelles. L'inhalation de fibres d'amiante est à l'origine de l'asbestose (fibrose pulmonaire) ; de cancers broncho-pulmonaires, ainsi que de cancers de la plèvre (mésothéliome) et de cancers du larynx des voies digestives. Les victimes de ces pathologies sont principalement les « travailleurs de l'amiante », mais aussi des personnes exposées de manière environnementale et souvent à leur insu.

La prise en compte des maladies liées à l'amiante a commencé au 20ème siècle et a augmenté pendant les années 1920 et 1930. Dans les années 1980 et 1990, le commerce et l'utilisation de l'amiante étaient fortement limités, éliminés ou interdits purement et simplement dans un nombre croissant de pays.

« Toute intervention sur ces matériaux peut émettre des particules et poussières dangereuses » rappelle l'INRS12. En France, bien qu'interdit depuis 1997, l'amiante est en 2010 selon l'INRS « encore présent dans de nombreux bâtiments et équipements. Et le risque amiante reste sous-estimé dans certaines professions qui peuvent y être exposées. Or, les maladies liées à l’amiante représentent aujourd’hui la deuxième cause de maladies professionnelles et la première cause de décès liés au travail (hors accidents du travail) ».

La gravité des maladies liées à l'amiante, l'utilisation extrêmement répandue du matériel dans de nombreux domaines de la vie, son utilisation prolongée à long terme malgré des effets nocifs sur la santé connus, ainsi que la lente apparition de symptômes des décennies après l'arrêt de l'exposition, fait des litiges liés à l’amiante le délit de masse le plus long et les plus coûteux dans l'histoire des pays industrialisés. La responsabilité liée à l'amiante demeure une préoccupation constante pour de nombreux fabricants, assureurs et réassureurs.

(Adapté d’après Wikipédia)